Transformation digitale et finance : une révolution de l’entreprise et du capitalisme

L’entreprise et le capitalisme sont en pleine mutation sous les effets conjugués de l’accélération des nouvelles technologies et d’une effervescence financière sans précédent qui catalysent la transformation du tissu productif, dans les biens matériels comme les services. Le capitalisme devient hyper-financier mais aussi hyper-industriel. Quant aux nations et à l’Etat, des forces convergent pour en réduire le rôle au profit d’acteurs privés. Cette révolution industrielle se traduit par un nouveau régime de croissance, une modification du rôle et de la puissance des acteurs publics et privés. En Occident, de nouveaux modes de régulation se mettent en place qui bousculent profondément la place et le pouvoir respectifs des entreprises, de la finance, des pouvoirs publics, et bien entendu le fonctionnement du marché et des relations de travail. Toutes les institutions en sont bouleversées. Si tel est le cas, comment repenser la gouvernance, le pilotage, les institutions de ce capitalisme de l’ère digitale, avec son abondance pléthorique de capitaux disponibles, ses systèmes automatisés, ses pouvoirs de marché et de réseau, ses zones de non-droit, l’évaporation des recettes fiscales des structures étatiques ?